Le mot du président

Un appel lancé en 2010 par Émilie Dracon, Secrétaire de l’ASCBA, permit d’établir le fait que le Chien Berger d’Auvergne n’avait pas disparu. Quelques rares éleveurs auvergnats, de bovins ou d’ovins, avaient fort heureusement conservé ce chien de berger aux qualités remarquables. Grâce à ces ultimes résistants qui détenaient encore le chien de leurs ancêtres, l’aventure de la sauvegarde put être initiée quelques années plus tard, et notre association fut créée en novembre 2014.

En dépit de multiples difficultés rencontrées tout au long des sept dernières années, le travail mené sans relâche a contribué à assurer le retour d’un chien présentant les qualités du type ancien et les aptitudes bergères requises.

Avec la reconnaissance qui nous a été octroyée par la Société Centrale Canine en septembre 2020, un nouveau cycle s’est ouvert pour la préservation du Chien Berger d’Auvergne. Notre plus grand espoir est que ce beau et bon chien, oublié pendant plus de trente ans, retrouve davantage d’espace dans son berceau d’origine et se déploie dans d’autres régions.

La protection de ce patrimoine vivant repose sur une exigence forte, celle d’une production de chiots de qualité. Des accouplements bien réfléchis doivent garantir la consolidation du type ancien, d’une part, et des aptitudes bergères, d’autre part. Tout écart par rapport à cette perspective nuirait nécessairement à la réussite de notre projet. La survie de notre chien dépend aussi des amateurs et des éleveurs de ruminants qui veulent avoir à leurs côtés un chien authentique. L’arrivée régulière de passionnés, adhérant à nos valeurs, est un grand encouragement pour la poursuite de nos actions.

Avec la dynamique positive actuelle, le Chien Berger d’Auvergne ne s’éteindra pas.

Emmanuel Ribaucourt