La santé du Chien Berger d’Auvergne

L’ASCBA s’attache à maintenir un cheptel sain et encourage le dépistage des maladies qui peuvent se rencontrer chez le Chien Berger d’Auvergne.


Les tares oculaires

Les tares oculaires sont présentes dans beaucoup de races canines. Elles peuvent conduire, dans les cas les plus graves, à la cécité. Fort heureusement la majorité des Chiens Berger d’Auvergne sont indemnes de tares oculaires. Quelques sujets fondateurs ont été détectés porteurs sains de l’AOC (Anomalie de l’oeil du Colley) et tous les chiens fondateurs testés sont exempts de l’APR (Atrophie progressive de la rétine).

Même s’il apparaît que le cheptel est globalement sain sur ce plan, l’association encourage vivement tous les propriétaires souhaitant faire reproduire leur(s) chien(s) à les faire dépister au titre de l’AOC et de l’APR.

Il existe un test ADN de dépistage de l’AOC, de même pour l’APR. Ces tests sont complémentaires à ceux d’un éventuel examen oculaire. Ils permettent d’orienter les accouplements afin d’éviter de marier des sujets porteurs et/ou atteints.

Quant au dépistage des tares oculaires, il vise à identifier des maladies du type : cataracte, dysplasie rétinienne, également l’AOC, l’APR, etc., via un examen oculaire pratiqué par un vétérinaire spécialisé en ophtalmologie.


Maladies oculaires potentiellement présentes chez le Chien Berger d’Auvergne

Les dégénérescences rétiniennes progressives (APR/PRA)

L’atrophie progressive de la rétine (APR) parfois appelée rétinite pigmentaire, se rencontre chez le chien sous 2 formes distinctes : généralisée et centrale. Cette affection peut aboutir à la cécité sans aucun espoir de traitement. Cette maladie provoque la dégénérescence puis la mort des cellules de la rétine. Les deux yeux sont toujours affectés.

La maladie est totalement indolore et le chien va s’accoutumer à la perte progressive de la vue pouvant aller jusqu’à la cécité et compensera ce manque par l’ouïe et l’odorat. L’APR généralisée est une affection héréditaire causée par un simple gène récessif autosomal (cette maladie est causée seulement si les 2 parents sont atteints dans les mêmes proportions).

Comme le gène est récessif, le chien peut le transmettre à sa progéniture sans être atteint lui-même. De cette façon, l’APR peut sauter une ou plusieurs générations de telle façon que les chiens atteints peuvent naître de 2 parents porteurs mais non atteints.


Les Anomalies de l’Œil du Colley (AOC) (CH/CEA)

1 – Hypoplasie choroïdienne

L’hypoplasie de la choroïde correspond à la diminution de l’activité du tissu de la choroïde, elle est d’origine génétique. Elle consiste en une zone dépigmentée du fond d’oeil que l’on observe aisément à l’aide d’un ophtalmoscope, la pupille du chien étant dilatée au préalable.

L’examen du fond d’oeil permet avec certitude de dépister les chiens affectés d’hypoplasie choroïdienne lorsque l’examen est pratiqué vers l’âge de 6 à 8 semaines. Parfois, la lésion est masquée à l’âge adulte, le fond d’oeil paraissant alors tout à fait normal tout en étant en réalité affecté. L’hypoplasie de la choroïde n’affecte aucunement la vision.

2 – Anomalie de l’œil du colley

On peut diagnostiquer cette anomalie dès l’âge de 6 semaines grâce au fond d’oeil. Il s’agit d’un défaut de développement de la choroïde. Il y a un amincissement ou une absence d’une partie de la rétine avec des anomalies vasculaires choroïdiennes associées. 

A l’ophtalmoscope on remarque une tache pâle et des vaisseaux sanguins de grosseur inégale et anormalement répartis (alors que physiologiquement le réseau est régulier et de calibre sensiblement égal). S’y associe également un colobome qui correspond à un trou dans le disque optique lui donnant un aspect de peau de tambour.

Beaucoup de chiens ont néanmoins une vision quasi-normale mais ils sont très exposés au risque d’un décollement de rétine et aux hémorragies rétiniennes qui aboutissent alors à la cécité.
Cette affection se transmet selon le mode autosomal récessif (chaque parent doit être au moins porteur de la maladie).

3. Test ADN (génétique) :

A ce jour, on peut tester nos chiens à partir de l’ADN pour l’APR et l’AOC. Le test peut être réalisé dès les 3 semaines du chiot (avec pose de la puce d’identification) si l’on souhaite avoir un résultat rapidement pour connaitre le statut du chiot lorsqu’un des 2 parents est porteur ou atteint. Il n’est pas nécessaire si les 2 parents sont exempts et que la parenté génétique est faite, le chiot étant exempt par filiation.  Les 2 dépistages sont complémentaires.


Comment faire effectuer les tests oculaires ?

L’ ASCBA a établi un partenariat avec Antagène.

Pour demander les tests, suivre les instructions suivantes :

Envoyez à Antagène

  • Le prélèvement (frottis buccal ou prélèvement de sang sur EDTA) ;
  • Le certificat de prélèvement Antagène rempli, signé et tamponné par le vétérinaire ;
  • OU le certificat de « demande de test sur ADN conservé ».

Merci de transmettre par email vos résultats à l’association : ascba@chienbergerdauvergne.org       

Le coût d’un examen clinique chez un vétérinaire ophtalmologiste est de l’ordre de 60 à 80€ (remise possible si plusieurs chiens).
Le coût de chaque test est précisé sur le site d’Antagène.


Quelques vétérinaires spécialisés en ophtalmologie :

  • Dr Sylvain MEDAN
    Pôle Santé Chanturgue
    52 Boulevard Maurice Pourchon
    63100 Clermont-Ferrand 
    04 73 91 55 55
  • Dr Olivier JONGH
    Clinique vétérinaire
    2 rue Jacques
    69250 Neuville sur Saône
    04 78 91 31 91

La myélopathie dégénérative

La myélopathie dégénérative est une maladie qui peut aboutir chez le chien à une forme de paralysie partielle, mais généralement pas avant l’âge de 8 ans, voire beaucoup plus tardivement (source : Antagène). Deux sujets fondateurs ont été détectés porteurs sains de cette maladie. 

Avec un cheptel réduit, il convient de conserver un maximum de variabilité génétique. Cependant la gestion des accouplements doit s’opérer uniquement après avoir vérifié la compatibilité des reproducteurs.

Comme pour les maladies oculaires, les chiots issus du mariage d’un sujet non-porteur avec un sujet porteur sain ne déclencheront jamais la maladie. La portée sera composée à 50% de chiots porteurs sains et à 50% de chiots exempts. Un sujet porteur sain doit être accouplé avec un sujet non-porteur et ainsi de suite.

Les mariages entre deux porteurs sains doivent être évités car 25% des chiots naîtront atteints avec le risque probable de développer la maladie.


En résumé

  • Deux chiens exempts produiront une portée saine à 100% ;
  • Un chien porteur sain et une chienne exempte donneront 50% de chiots porteurs sains et 50% de chiots exempts ;
  • Deux chiens atteints auront une descendance atteinte à 100%. 

C’est pourquoi l’ASCBA recommande d’effectuer au moins trois tests : Anomalie de l’œil du colley, Atrophie progressive de la rétine et Myélopathie dégénérative.

La sauvegarde impose de ne pas éliminer des sujets porteurs sains. Seul un suivi très rigoureux du cheptel permettra dans la durée de maintenir un bon état sanitaire. Il faut donc absolument proscrire les accouplements à risques afin de travailler sur une base fiable.


Pour toute demande d’information ou aide et/ou pour les demandes de tests génétiques et examen oculaire, vous pouvez nous contacter à l’adresse mail : ascba@chienbergerdauvergne.org